Zoé Gosset du festival « Les fieffés musiciens »

Le festival « Les fieffés musiciens » commence dimanche 22 juillet, avec 5 concerts d’ensembles classiques qui se dérouleront dans des lieux d’exception, du patrimoine du Cotentin.

Jeter l’Encre a rencontré Zoé Gosset, membre de l’équipe organisatrice :

Zoé GossetHello Zoé. Peux-tu nous parler des fieffés : qu’est-ce qui différencie cet événement d’un autre festival de musique classique ?

D’abord la musique de chambre « pas sérieuse » ! Nous invitons des musiciens qui travaillent ensemble tous les jours et qui partagent ainsi une complicité forte sur scène. Jeunes, en début de carrière, désireux de partager leur passion avec le public, curieux, enthousiastes : l’objectif du festival est de montrer que cette musique peut être accessible à tous et qu’elle n’est pas poussiéreuse. Des pots après-concert permettent au public de passer un moment privilégié avec les musiciens.

L’autre particularité du festival c’est l’amour du patrimoine du Cotentin… Dès la création du festival, nous avons eu envie de faire de la musique dans de jolis lieux, de partager ces endroits, de les faire vivre, et d’en faire découvrir tous les ans de nouveaux au public.

En quoi la musique peut-elle parvenir à sublimer ou transcender un lieu ?

Ce sont à chaque fois des rencontres, des alchimies parfois imprévisibles entre les lieux, les ensembles, les programmes, les publics. Chaque lieu suggère quelque chose, avec son acoustique propre, son décor, son passé, ses contraintes aussi ! – et nous invite à des moments particuliers. Le Manoir de la Madeleine, décor baroque mi-théâtre, mi-bohème, semblait taillé pour accueillir le récital « Musique et Cinéma » de la saison dernière; le prestige XVIIe de l’Orangerie de Flamanville, avec ses teintes orange et bleu pastel et sa résonance d’argent presque intimidante, s’est merveilleusement prêtée à un concerto de Mozart pour piano; l’intimité du Manoir de la Fieffe, avec son acoustique ronde et boisée, nous a permis deux ciné-concerts pleins de charme, dans les vieilles pierres de la grange…

Ce sont aussi des rencontres entre les arts : en 2016 au château des Ravalet, se déroulait l’exposition du peintre cotentin Frédéric Faye lors du concert du Quatuor Ernest. Cette année, nous aurons la chance d’avoir le Chemin de Croix de Jean-Philippe Burnel pour le concert du Quatuor Pelleas, quatuor de flûtes, à l’Abbaye du Vœu.

Que nous soyons familiers du lieu ou non, chaque concert est un pari (comme jouer de la musique de tango dans l’église consacrée de Barneville !), et nous ne sommes jamais déçus… À pari tenté, pari réussi !

fieffes musiciens 18

Zoé, que ressentent les musiciens lorsqu’ils arrivent chez nous, dans le Nord Cotentin ?

Ils sont éblouis par la lumière ! Mais il faut bien avouer que souvent les musiciens d’une même saison ne repartent pas avec les mêmes impressions… L’année dernière, le Quinteto Respiro est arrivé à Barneville-Carteret, et ni une ni deux, contrebasse, bandonéon et valises à peine posés, ils ont plongé dans la mer ! La même semaine, le Duo Albertine était trempé par l’eau du ciel, et nous l’avons réchauffé à grand renfort de feu de bois, terrines et camemberts de Normandie ! C’est le charme propre du Cotentin…

Le festival existe depuis 4 ans. Quel a été le moment le plus fort jusqu’ici ?

Je vous parle alors que la saison 2018 commence à peine… C’est l’ouverture du festival de l’an dernier, au Manoir de la Fieffe, qui reste sans doute gravée dans nos mémoires ! C’était un ciné-concert avec l’improvisation au piano du compositeur et pianiste Karol Beffa, sur ce film incroyable de Murnau : L’Aurore. La grange est ouverte sur le jardin du Manoir où il pleut des cordes… Nous nous blottissons les uns contre les autres. Sur l’écran, c’est la tourmente d’un couple, tourmente qui se reflète dans une nature pleine de dangers. A la fin, la tempête les avale, c’est le naufrage… Et juste au moment où le film s’achève sur l’image de la jeune héroïne enfin sauvée des eaux, auréolée de blondeur, dehors, dans le jardin de la Fieffe, la pluie s’arrête, un rayon de lumière entre dans la grange et un petit oiseau se met à chanter, accompagnant les dernières notes de piano… Je crois que nous avons tous versé une larme, de l’artiste au public !

Quelle anecdote rigolote en lien avec le festival pourriez-vous partager avec les lecteurs du blog ?

En quatre ans, c’est difficile de choisir, il y en a des tas !! Des partitions qui s’envolent lors du concert du Quatuor Ernest au Jardin de la Bizerie … La marée montante sur la jetée de Portbail au moment de prendre la photo de clôture du festival 2016 … ou encore ce soir où, le directeur artistique a dû passer par la fenêtre d’une maison pour récupérer les clés oubliées à l’intérieur… Aux Fieffés on ne s’ennuie pas !!

fieffes musicines
Crédit : Les fieffés musiciens

 

Retrouvez le programme 2018 ici et toutes les informations sur le festival là :  www.lesfieffesmusiciens.com

Vos places sont à réserver au 06 89 98 30 26 reservations@lesfieffesmusiciens.com – Les concerts sont à participation libre € 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s