Manoir du Tourp : la Hague se met en scène

La Hague ou le Cap Cotentin comme on se plaît à l’appeler aujourd’hui, est un territoire intriguant. Un bout du monde brassé par les flots, de tous côtés. Sauvage, déchiré, en prise avec les éléments. Ici parce que le vent, les maisons de granit sont serrées les unes sur les autres et les arbres sont absents. Les toitures centenaires sont en schiste, cela tient mieux. La Hague ? Un bout du bout enclavé, qu’il faut aller rencontrer. On vient à la Hague – pas d’autre option – parce que d’abord, on a osé gratter le premier vernis. Vous savez ? Cette première image, pas très rutilante… Le nucléaire, bien sûr… Ne le nions pas, ça fait bien partie du package. C’est comme ça, on peut pas faire autrement.

Immersion Hague

Pour comprendre la Hague, il faut s’en imprégner, y passer du temps, y vivre, y travailler. Il faut se laisser surprendre par le brouillard qui monte comme ça d’un coup. Il faut contempler le Raz Blanchard qui moutonne derrière le phare de Goury, arpenter des heures le sentier des douaniers, manger du homard au Café du Port etc. Difficile de saisir cette terre d’emblée. Certains livres en parlent bien. Les trois vies de Babe Ozouf ou Vue sur mer de Didier Decoin; Les Déferlantes de Claudie Gallay par exemple, retranscrivent bien les émotions et l’énergie (la vraie) que la Hague peut vous envoyer brusquement au visage, au détour d’un petit muret.

Et puis une nouvelle animation a fait son apparition au Manoir du Tourp (prononcer « Tour » cadeau de nos ancêtres scandinaves) à Omonville-la-Rogue. Avec cette scénographie magnifique, désormais, une vraie porte d’entrée invitant à comprendre le territoire, existe. Le Tourp, c’est d’abord une très belle ferme seigneuriale à l’architecture typiquement cotentine. Granit, hortensias à foison, pigeonnier sublimement restauré, le Tourp, construit au 16e siècle, accueillait jusque là des expos temporaires intéressantes, mais ne proposait pas au public de découvrir où ils avaient vraiment mis les pieds. Ce temps-là est révolu.

Technique de Scénovision® : inédit en Normandie

Un Trésor au Bout du Monde est un parcours-spectacle qui brosse de manière moderne, ludique et terriblement poétique, l’identité et l’histoire de la Hague et de ses habitants. *Pas de spoiler*. Guidé par la voix chaude de Jacques Gamblin et un petit goubelin (lutin de la Hague), on découvre les occupants du Manoir à travers les siècles puis de salle en salle, on s’imprègne petit à petit de l’âme profonde et intense de ce territoire sans pareil. Gens de la Hague, gens de la mer, gravage, transmission inter-génération, fragilité de tout un écosystème : rien n’est oublié. Gros coup de cœur pour la bande son et pour l’implication des Haguais : 120 habitants jouent les figurants. On n’en dit pas plus, retranscrire ce que l’on ressent lors de cette heure hors du temps, est difficile.
Allez-y ! 🙂

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Réouverture du Manoir du Tourp le 7 février. Réservation nécessaire. 7 € par adulte et gratuit pour les moins de 7 ans. 5 € par enfant.

Bonus : Vidéo ici

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s